Toltèque Agile

Planification agile

07 octobre 2017

Planification agile : planifier des versions, piloter par feedback à partir de 5 leviers. Et nécessairement une variable d'ajustement par feedback, due à la complexité.

Scrum aura eu le mérite de faire sortir l'agile de sa confidentialité. Toutefois, ce cadre vide au départ suppose une vraie montée en compétence sur les principes agiles. Vous trouverez sur la page Présentation les planches de la conf de 2011 à Agile Tour Montpellier.

 

Brièvement, la planification agile (quand elle est nécessaire) peut reposer sur cinq piliers :

  • Budget (et plus précisément, comment utiliser le budget)
  • Planning (dates des mises en exploitation)
  • Contenu (pas forcément en tout ou rien, également en degré de finition d'une feature)
  • Dette technique (jusqu'où hypothéquons-nous l'évolutivité du produit)
  • Respect des personnes  (de leur rythme, de leur opinion...).

 

En agile, il nous faut nécessairement une variable d'ajustement du plan (voir le planning game dans l'Extreme Programming).

Un déni de variable d'ajustement fait que ce sont "dette technique" et/ou respect des personnes qui prennent ce rôle, c'est un peu l'éléphant dans la pièce, tout le monde le sait mais c'est tabou. Alors... En agile, il s'agit d'éviter tout déni de réalité.

 

Gantt ou pas Gantt ?

Un Gantt du développement n'apporterait pas grand chose. La planification se fait à partir des besoins :

  • Version = {Feature}
  • Itération = {Story}

et pas à partir d'activités.

 

Par contre, le management du projet ou plus généralement du produit, au delà de son développement, peut bénéficier d'un Gantt lorsque, effectivement, des questions de rendez-vous, de date au plus tôt... se posent.

 

Notez qu'une méthode agile n'est pas une méthode de management de projet. Il est donc normal que ces questions ne soient pas abordées dans leur cadre.

 

En résumé, il est tout à fait normal en agile de planifier les dates de livraison, ne serait-ce qu'en raison de rendez-vous avec d'autres services : client, infrastructure...

Ce qui est anormal, c'est de considérer le plan comme "tout prédictif" : il est possible de prévoir la date et le budget si le contenu est ajustable. Ou bien le contenu si budgetet/ou planning sont modifiables pour s'adapter à cette contrainte.

 

"Piloter par feedback" signifie ajuster le plan (à partir de l'une des 5 variables) en fonction de l'avancement concret. Qu'on le veuille ou non, cet ajustement s'opère. Le rendre explicite permet de ne plus trop jouer avec la dette technique et/ou le respect personnes.

Je vous salue TerreMère Scrum : une permissivité nuisible à l'agile